J'écris comme une pute. Comme une pute qui décharge de son sexe. Je viens dans mon cerveau comme les gens viennent dans leurs pantalons.
April 29th
12:29

Délires

Mon imagination se délecte de cette masturbation crânienne. Cette douloureuse respiration inspire mes rêves les plus troublants. J’accepte cette sensation maléfique jusqu’au bout de mes orteils cassés. Mon corps devient mou comme du jell-o, non plus mou encore, comme un pouding beige. Verdâtre plutôt. 

Peut-être que ma vie serait différente si j’aurais été beige. C’est compliqué les complexions. Les pigments ont tendance à changer la perception des gens. Quel malheur de vivre parmi les singes bipèdes. C’est dommage d’être humain dans une galaxie si vaste est choquante.

J’ai envie de me dérober de ce complet de peau et flotter parmi les particules. M’accepteront-ils ? Est-ce que les microbes ont la capacité de juger ? Seul moyen de le savoir c’est le devenir.

Plus petite encore, j’aimerais devenir une boule d’énergie qui ravage tout dans son chemin. Pas comme le feu. Utilise ton imagination. Pourquoi ne pas devenir une étoile? Même à ta mort on te distingue, car ton corps céleste nous percute encore. Percute nos yeux, bien sûr, pas nos corps.

J’en ai marre de tout expliquer. Je veux vivre d’amour et de métaphore. Je cesse l’autocensure, comme une bête apeurée. Figure it out. Sinon, ce n’est pas grave. Comme une étoile je vous percuterais toujours.

  1. nachtzehrer posted this